Accueil > Interventions et Résultats attendus > Interventions et résultats attendus
  • Texte plus petit
  • Texte plus petit
  • Envoyer cette page à un ami

    envoyer a un ami

  • Imprimer cette page

Interventions et résultats attendus

Interventions du PADEN

Le PADEN est structuré autour de deux composantes :

  • Appui au développement horticole et agroforestier : Outre les analyses de marché et l’élaboration des innovations techniques et technologiques (dont les itinéraires techniques), des cahiers de charge et des outils de gestion, cette composante comprend également le guichet de développement économique (GDE) à frais partagés qui est accessible principalement aux producteurs et à leurs organisations. Toutes ces actions contribuent à augmenter les capacités des bénéficiaires directs.
  • Renforcement des structures d’appui et de services aux producteurs/trices : La création de richesse est étroitement liée aux capacités des organisations de producteurs, des directions techniques et des collectivités locales de créer des conditions favorables à un développement agricole et agroforestier durable de la zone des Niayes. En effet, les Unions de producteurs, l’AUMN comme organisation faîtière et les structures de l’État doivent être en mesure d’offrir des conseils, des services techniques, et des outils de planification et de prise de décision qui permettent aux producteurs d’avoir une connaissance précise de l’environnement dans lequel ils évoluent, incluant la délicate question de la gestion de la ressource eau.
    Quant aux collectivités locales, elles doivent « sécuriser » les investissements humains et techniques qui sont faits en s’attaquant à deux problématiques fondamentales dans la zone, notamment la question foncière et l’enclavement. Cette sécurisation des investissements aura également des retombées positives sur la bande de filao.

Ces deux composantes sont mises en oeuvre par une Unité de coordination du programme (UCP) dotée d’experts et de personnel administratif et appuyée par des partenaires techniques et institutionnels.

Résultats attendus du PADEN

Résultat ultime (long terme)

L’horticulture et l’agroforesterie pratiquées dans la zone des Niayes sont créatrices de richesse.

Résultats intermédiaires (moyen terme)

  • Les productions commercialisées sur les marchés local, régional et international à des prix rémunérateurs ont augmenté ;
  • La gestion des ressources naturelles de la zone de Niayes est mieux assurée.

Résultats immédiats (court terme)

  • Les capacités et compétences des producteurs et productrices ainsi que celles de leurs organisations sont accrues de façon équitable ;
  • L’offre de services aux producteurs et productrices est augmentée ;
  • Les capacités des communautés rurales de la zone d’exercer leurs compétences en matière d’aménagement du territoire et de coordination du développement socio-économique sont accrues ;
  • Les capacités des bénéficiaires et acteurs d’accompagnement sont accrues pour tenir compte des dimensions transversales (particulièrement ÉFH et suivi environnemental).

Extrants

Composante 100 : Appui au développement horticole et agroforestier

  • Des informations techniques sur les filières ciblées sont produites et diffusées auprès des producteurs/trices ;
  • Des sous-projets productifs sont appuyés pour les producteurs/trices et leurs organisations ;
  • Des outils de gestion sont élaborés et diffusés pour les producteurs/trices.

Composante 200 : Renforcement des structures d’appui et de services aux producteurs et productrices

  • Des services sont offerts aux membres par les organisations de 2e (Unions) et 3e niveaux (AUMN) ;
  • Les directions techniques (DHORT, DEFC/DCS, DPV, DGPRE et ANAT) ont développé des outils d’appui aux producteurs/trices ;
  • Des programmes de recherche-développement, à travers les institutions ISRA/CDH, ITA, CERES-Locustox et ISRA/CNRF, sont appuyés ;
  • Le développement d’outils et de mécanismes pour les communautés rurales est appuyé ;
  • La zone de Thieppe à haut potentiel de production est désenclavée ;
  • Le groupement mixte est appuyé pour la coordination de la mise en œuvre du SDAGC ;
  • Des connaissances relatives à l’ÉFH sont transférées aux bénéficiaires et acteurs d’accompagnement ;
  • Des pratiques de suivi environnemental sont transmises aux bénéficiaires et acteurs d’accompagnement.