Accueil > Actualités > Piste de Thieppe
  • Texte plus petit
  • Texte plus petit
  • Envoyer cette page à un ami

    envoyer a un ami

  • Imprimer cette page

Piste de Thieppe

PRESENTATION DU PROJET

1. Localisation
Sur le plan administratif, la zone d’influence du projet est située dans l’arrondissement de Ndande dans le département de Kébémer et de la région de Louga. Elle polarise trois communes (Thieppe, Diokoul Diawrigne et Bandègne Ouolof) et plus des 150 villages et hameaux.

Le tracé indicatif qui était retenu dans les études techniques, long de 37,5 kms, va du lycée de Kébémer au village de Saré Dao de la Commune de Thieppe. Une partie du tronçon a été bitumée entre la RN2 et le village de Thiénaba. La piste, objet de ce projet d’aménagement, va donc relier le village de Thiénaba à la zone éco-géographique des Niayes (voir cartes).

2. Caractéristiques techniques
La piste de production traverse les communes de Diokoul, Bandégne Wolof et Thiéppe. Elle est à cheval sur le réseau classé géré par l’AGEROUTE pour le compte de l’Etat et sur le réseau non classé à partir du chef-lieu de la commune de Thieppe jusqu’au village de Saré Dao, qui est du domaine de la dite commune.

La piste actuelle est composée de deux tronçons aux caractéristiques différentes :

  • Le premier est une piste latéritique en remblai de près de 7 km avec une couche de roulement de 20 cm sur une largeur de 6 m, qui part du village de Thiénaba au village de Darou Parba dans la commune de Bandègne Ouolof (1140 m après Darou Parba) ;
  • Le second tronçon, est une piste sablonneuse de près de 20 km reliant le village de Darou Parba à celui de Saré Dao.

a) Généralités
Le projet qui consiste à réaliser une piste de production sans tenir en compte des normes géométriques en vigueur pour les routes revêtues ou les routes en terre à grande circulation. Il n’est pas prévu de raccordements paraboliques. Le tracé de la piste existante sera pour le mieux maintenu dans les limites de l’emprise actuelle.

  • Largeur de la couche de roulement : 6 m ;
  • Largeur plateforme = 7m ;
  • Largeur accotement = 0,5m ;
  • Epaisseur de la couche de roulement : 15 cm à 20 cm ;
  • L’objectif du projet est, en général, une ligne rouge plus haute de 15 à 20 cm.

b) Nature des travaux
Ces travaux vont graviter autour des activités suivantes :

  • Implantation de chantier (bases de chantier ; aires de stockage de matériaux, aires de stationnement des engins ; laboratoires (pour l’analyse des sols, de la compacité de la couche de roulement, et des bétons hydrauliques, etc.) ;
  • Préparation des emprises de travaux (fouilles ; débroussaillage ; décapage : déviation etc.) ;
  • Construction des ouvrages d’assainissement (radiers, fossés longitudinaux, de divergents et d’exutoires) et mise en place du corps de remblai ;
  • Construction de la couche de roulement ;
  • Repli chantier (engins, personnel et autres reliquats de matériaux appartenant à l’entreprise, après la fin des travaux.

Les travaux nécessiteront également l’ouverture et/ou l’exploitation des gîtes d’emprunt de graveleux latéritiques existant et également la mobilisation de divers engins : bulldozer, niveleuse, compacteur, pelle chargeuse, grue, camions bennes, camions citernes, etc.

Enfin, pour les travaux de maçonnerie et de compactage, l’entreprise pourrait prélever l’eau dans les forages environnants (les 2 forages situés dans la zone de Mbaor, le forage de Thieppe, et le forage Saré Dao situé dans la zone des Niayes). Aussi compte tenu de la profondeur de la nappe dans la zone des Niayes, l’entreprise pourrait réaliser une infrastructure hydraulique pour l’approvisionnement du chantier.

Les travaux seront réalisés sur une durée estimée à six (6) mois et seront réalisés par l’Entreprise E.MAD avec comme bureau de contrôle le Groupement ERSE & TECHNOSOL. Télécharger la note de présentation du projet en PDF